Boutique

Abonnez-vous

Choisissez le format qui vous convient:

» Cliquez ici

Don en ligne

Je désire faire un don
à l’œuvre de la Revue
Sainte Anne

» En savoir plus

Infolettre

Recevez les dernières nouvelles par courriel!

Éditorial Janvier - Février 2017

Richard L' Archer, i.v.Dei 

Comment savoir?

Oui, comment savoir qu’un pape ou un président, un premier ministre, un cardinal, curé ou parent ou encore un éducateur soit choisi par Dieu pour être mis en autorité? C’est une question cruciale et grande comme le monde. Particulièrement, parce que les personnes en autorité ne sont pas nécessairement prêtes, humainement et spirituellement parlant, pour remplir leur tâche de service telle qu’elle leur a été confiée par Dieu.

Mon premier réflexe est donc de me référer à l’enseignement de Jésus. Lui, plus que nous tous, a été malmené par les autorités en place. Non seulement il nous enseigne la volonté de Dieu, mais il nous partage sa propre expérience de vie.

Lorsque Pilate lui dit: «Ne sais-tu pas que j’ai le pouvoir…» Jésus s’empresse de lui répondre: «Tu n’aurais aucun pouvoir sur moi, s’il ne t’avait été donné d’en haut». Par cette réponse, Jésus nous enseigne que le pouvoir vient d’en haut.

Peut-être avez-vous, comme moi, été confrontés à des gens en poste d’autorité qui ont pris des décisions majeures avec lesquelles vous n’étiez pas d’accord; des décisions qui allaient directement à l’encontre de votre perception de la réalité; des décisions qui brisaient même la vie, la vocation, votre propre ministère ou la mission d’autres personnes. Parfois même, seulement la personnalité de certaines personnes en poste d’autorité est suffisante pour nous rebuter. Que nous soyons d’accord ou pas avec la vision du pape François, je suis convaincu qu’il fut choisi par Dieu.

La différence avec Jésus, c’est que Jésus pouvait voir l’invisible. Il savait que le pouvoir de Pilate de le faire crucifier répondait à la mission que lui-même, Jésus, portait, c’est-à-direaller jusqu’au bout de l’amour.

Seul Dieu a l’humilité nécessaire pour saisir l’incompréhensible. Cependant, nous pouvons et devons demander que Dieu nous partage cette humilité, afin de dépasser ce qui est apparent. Au risque d’en froisser quelques-uns, je partage avec vous ce que j’ai appris: dans l’Église catholique, si l’autorité en place se trompe, nous, en obéissant humblement et dans la miséricorde, nous ne pouvons pas nous tromper. Personnellement, j’y crois et j’y adhère.

Haut de page