Boutique

Abonnez-vous

Choisissez le format qui vous convient:

» Cliquez ici

Don en ligne

Je désire faire un don
à l’œuvre de la Revue
Sainte Anne

» En savoir plus

Infolettre

Recevez les dernières nouvelles par courriel!

Dossier du mois - mai 2017

Nouvelles du pape et du Vatican par JP Simard


Quatre fois « merci » pape François

J’aurais le goût de dire, à l’instar de l’Église italienne célébrant les quatre années de pontificat du pape François« Quatre fois merci », très Saint-Père, pour ces années de grâce passées dans la miséricorde et l’amour.
François, le révolutionnaire, quatre ans déjà. Pourtant le pape avouait en ses débuts qu’il ne durerait pas longtemps. Mais comment résister quand on est un pape qui sort de l’ordinaire?

Quand on remonte au début de son élection, rien ne laissait présager un aussi grand impact dans l’Église. Pensons qu’à l’origine, le cardinal Bergoglio, ce Latino-Américain, archevêque de Buenos Aires, n’était même pas présenté par la presse comme l’un des « papabili ». Et une fois élu, le nom «François» n’était même pas dans la série des papes de l’histoire. Pourtant, ce nom évocateur, qui a jadis marqué l’histoire de l’Église a vite caractérisé ce que seraient les intentions du nouveau Souverain Pontife.

Le pape François n’a rien du profil de ses prédécesseurs. Et pourtant il continue dans la ligne de son prédécesseur: il réalise l’Église de Benoît. Il y a des papes de transition et des papes qui font l’époque. En ce qui concerne François, un consensus semble se dégager: c’est le pape qu’il fallait pour notre temps. Autrement dit, le bon pape du moment. Qu’attendons-nous de lui? Les gens cherchent un maître spirituel. Ils cherchent un guide pour traverser notre époque si mouvementée et perturbée par les guerres, les discordes, les conflits. Par ailleurs, on attend de l’Église un mouvement de compréhension de la nouvelle réalité socioculturelle et religieuse.

Là-dessus, j’aimerais apporter le témoignage d’un grand collaborateur et admirateur du pape, le cardinal Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège: «Ce qui m’impressionne, chez le pape François, c’est justement sa lecture de foi des choses, des situations, dont naît une grande sérénité de fond. Je le lui ai dit de nombreuses fois, mais je l’expérimente justement dans le contact avec lui: cette sérénité de fond pour laquelle face aux situations, aussi les plus difficiles, cette capacité de regarder avec sérénité les choses, de savoir que les choses sont dans la main de Dieu.» Quelle belle philosophie de la vie transparaît à travers ce témoignage sur le pape François! Une philosophie de la vie basée sur la foi et la confiance totale en Dieu.

Pendant ces quatre années de pontificat du pape, ce qui m’a le plus frappé, c’est son côté prophétique. Un pape qui semble avoir été fabriqué sur mesure pour notre époque. Pourtant, il n’annonçait pas. Il n’a été précédé par aucune étoile comme les Mages de l’Évangile. La raison est simple, il était lui-même l’étoile que nous attendions.

Haut de page